Profitant d'une très belle journée en ce dernier dimanche de septembre, nous sommes parti faire la seconde portion de la piste Roger Lapébie.

Nous avons rejoins en voiture la gare d'Espiet pour y pique-niquer, après avoir fait quelques haltes en chemin pour découvrir quelques monuments.

Tout d'abord les deux églises de Latresne

La chapelle Saint-Joseph-du-Rocher fut construite au XIXe siècle par le Comte Henri de Bonneval, alors propriétaire du château de Latresne, elle devait être associée à un établissement de bienfaisance offert à la commune. De par sa situation, il fut évident qu'elle facilité la pratique du culte, l’ancienne église Saint-Aubin étant éloignée du nouveau bourg en raison de la création de la route reliant Bordeaux à Saint-Macaire. Au fil du temps, elle devint donc une église très fréquentée, le projet d’établissement de bienfaisance fut par conséquent abandonné.

110925-jp-002

Aux 14 et 15ème siècles, l'église St-Aubin est entièrement remaniée dans le style ogivale avec une nef centrale et le bas-côté méridional abritant les chapelles de saint Jean-Baptiste et de saint Roch. A la même époque, fut construit le clocher sur plan barlong. Vers 1770-1780, le second bas-côté est construit et les fenêtres sont agrandies. Un campanile doté d'un clocher à arcades vint surmonter le sanctuaire au 18ème siècle. Après 1865, l'église est à nouveau restaurée d'après les plans de l'architecte Grellet aîné. 

110925-jp-004

L'édifice abrite aujourd'hui un tabernacle de Mirande, une statue de Sainte-Quitterie en pierre peinte au dessus du porche et un bénitier de 1787.

110925-jp-007

Après avoir été dévastée au cours de la Guerre de Cent Ans, la paroisse de Camiac fut réunie, sous la Révolution, à celle de Saint-Denis-du-Climat alors organisée autour d'une petite chapelle depuis disparue pour former la commune de Camiac-et-Saint-Denis.

L' église St-Martin de fondation romane, fut donnée en 1107 par l'archevêque de Bordeaux, Arnaud Guiraud de Tabanac, à l'abbaye de La Sauve-Majeure. Elle fut détruite au XVème siècle, incendiée en 1580 et restaurée à la fin du XIXème siècle.

110925-jp-011

110925-jp-013

Nous arrivons sur la commune d'Espiet d'où nous partirons pour cette balade en vélo.

 L'église Notre-Dame fut bâtie au XIème siècle. Elle nous apparaît aujourd'hui tel quelle fut reconstruite au XVIème siècle.

110925-jp-019

La Fontaine Saint-Aignan, source sacrée dès les Celtes, aurait eu la particularité de soigner les maladies des yeux, un pèlerinage y était organisé le 14 Juin. Le monument actuel date de 1872.

110925-jp-026

La gare d'Espiet, située sur le second tronçon de la ligne Bordeaux-Sauveterre de Guyenne fut inauguré le 15 décembre 1899, c'est l'une des plus importantes de la ligne, elle possédait un pont à bascule et une plate-forme tournante pour manoeuvrer les wagons. Fermée au service des voyageurs en 1954, puis au trafic marchandises en 1978, elle appartient désormais à la communauté de communes de l'Entre-deux-Mers, un agréable restaurant y est installé.

C'est ici que nous pique-niquons. Une dernière vérification du matériel et nous partons en direction de Sauveterre-de-Guyenne qui sera le but de notre balade.

110925-jp-029

Nous faisons un petit crochet pour atteindre le village de Bellefond, dont l'église Saint-Eutrope est bien visible depuis la piste. Et ça se mérite, la pente est assez raide sur la dernière partie dans le village.

C'est les moines de l'Abbaye de la Sauve Majeure qui sont à l'origine de la construction de ce sanctuaire, ils avaient prévu un édifice plus grand mais, faute de ressources, ce dernier demeura inachevé et dépourvu de nef. Seule subsiste l'abside sud, l'absidiole nord ayant disparu au XIXème. 
 
 

110925-jp-074

 

110925-jp-031

 

110925-jp-048

 Le lavoir

110925-jp-036

Dur d'arriver ici!!

110925-jp-039

Seconde halte à Saint-Brice

Église romane de Saint-Brice dispose d'un clocher octogonal fortifié sur un porche carré du XVIème siècle.

110925-jp-054

110925-jp-050

 Sauveterre-de-Guyenne dont les remparts furent démantelés après 1814, à conserver ses portes du XIVème qui donnaient accès à la cité à ses quatre points cardinaux.  

110925-jp-055

C'est par la porte de La Font que nous pénétrons dans la bastide, elle doit sont nom au fait qu'elle donnait sur une fontaine abreuvoir et sur le lavoir. Partiellement conservée, elle est formée d'une tour rectangulaire en saillie sur l'enceinte, avec une ouverture sur l'extérieur en arc brisé et sur l'intérieur en arc en plein cintre séparés par une rainure permettant la manoeuvre de la herse.

110925-jp-056

La place centrale carrée et bordée d'arcades est caractéristique d'une bastide. L'hôtel de ville, le syndicat d'initiative ainsi que de nombreux commerces s'y trouvent, chaque mardi matin c'est le marché qui s'y déroule. C'est le centre névralgique de la cité.

110925-jp-077

110925-jp-059

 

110925-jp-064

Il est 16h, le temps est venue de prendre le chemin du retour, il nous faudra 1h30 pour parcourir les 25km qui nous séparent de notre point de départ. La piste n'est pas particulièrement dure, mais il y a tout de même de longs faux-plats qui font un peu baisser notre moyenne. En espérant pouvoir vous faire partager d'autres sorties avant la fin de l'année, si le temps le permet.

A bientôt.