L'Abbaye cistercienne de Sylvanès a été fondée en 1136 par un seigneur de la région de Lodève, Pons de l'Héras. Bien que noble et chevalier, on dit qu'il n'en était pas moins brigand redoutable et redouté. Il aurait été touché par la grâce divine une nuit de Noël. Cessant ses brigandages, il se consacre alors à la pénitence et à la prière. Il fonde l'ermitage de Sylvanès. Devant la multiplication des conversions, Pons de L'Héras se rattache à l'ordre de Cîteaux et fonde en 1136 l'Abbaye Notre-Dame-de-Sylvanès où il finira sa vie dans l'humilité du travail manuel.

Après deux siècles de rayonnement où les dons affluent et les constructions se développent, l'Abbaye est concurrencée par les autres abbayes cisterciennes du Rouergue, par les Templiers sur le Larzac et les Hospitaliers à Prugnes.

Avec la Guerre de Cent Ans et le Traité de Brétigny (1360) qui cède le Rouergue aux Anglais, l'Abbaye décline progressivement : À partir de 1477 l'Abbaye est placée sous la Commende. Elle est gérée par des abbés séculiers non astreints à la vie religieuse, qui se comportent en féodaux très attachés aux revenus de leur charge. La communauté de moines est de plus en plus réduite.

110804-jp-1079

La construction de l'église abbatiale s'étend de 1151 à 1252, soit sur plus d'un siècle. On reconnait ainsi à l'Abbaye de Sylvanès l'évolution de l'architecture romane qui tend peu à peu vers le gothique (arcs brisés uniquement au fond de la nef). Ensemble équilibré, le chœur est un joyau de l'art roman cistercien. La grande verrière de la façade ouest incarne quant à elle le style gothique rayonnant en cours au XIIIe siècle.

Dépassant le symbolisme trinitaire habituel à l'art cistercien, la façade présente sept ouvertures symbolisant les sept jours de la semaine, soit la Création. La rosace centrale évoque la Vierge Marie, patronne et protectrice de l'ordre de Cîteaux.

La nef unique, surprenante par son équilibre, son harmonie et sa luminosité, n'a ni bas-côtés ni contreforts extérieurs destinés à supporter le poids de la voûte. En effet les contreforts sont placés à l'intérieur des murs et forment des chapelles latérales. Enfin, la voûte est construite en tuf, une pierre solide et légère. Elle se caractérise par un grand dépouillement des lignes et de la décoration.

 

110804-jp-1104

Les bâtiments conventuels se répartissent autour du cloître selon un plan carré typiquement cistercien. Comme il est de coutume, l'église est orientée vers l'Est, ce qui permet aux premiers rayons de soleil de venir illuminer le chœur, symbole du Christ ressuscité. L'absence de toute décoration, hormis la stylisation de motifs végétaux met le lieu monastique dans l'esprit typiquement cistercien.

Le bras Sud du transept se prolonge pour former l'aile est du cloître, la seule encore présente aujourd'hui (grâce à sa fonction agricole après la Révolution). Cette aile comprend la sacristie, la salle du chapitre et le scriptorium. A l'étage se trouvait le dortoir des moines. À l'opposé, l'aile ouest, aujourd'hui disparue, abritait le réfectoire et le dortoir des frères convers, ainsi que l'hôtellerie. L'aile Sud, également disparue était destinée au réfectoire des moines, au cellier et à la cuisine.

110804-jp-1098

Le Grand Orgue de Sylvanès a été dessiné et réalisé par le facteur d'orgues Daniel Birouste en 1997 dans le respect des lignes architecturales dépouillées de l'église abbatiale. L'instrument a nécessité 10 tonnes d'acier, 20 m3 de bois, 3 900 kg d'étain et de plomb. Il a fallu 30 000 heures de travail pour réaliser les 4 600 tuyaux différents donnant chacun une note et un son différent.

110804-jp-1085

Aujourd'hui, l'Abbaye de Sylvanès est devenue un Centre de renommée internationale qui propose d'importantes rencontres culturelles, spirituelles et musicales :

  • des actions de formation, de production et de diffusion dans les domaines de la musique vocale (chant choral, chant sacré, technique vocale), du théâtre, de la danse, des arts picturaux.
  • Colloques, rencontres et séminaires sur des questions d'actualité religieuse, sur le dialogue œcuménique et inter-religieux.
  • Depuis 2011, le Colloque multidisciplinaire de Sylvanès se déroule à l'Ascension (par exemple, en 2012, du 17 au 20 Mai). Organisé par Michel Wolckowitsky et le Dr Bernard Auriol. Il permet la confrontation et les échanges concernant le son, la musique et le chant, à partir de cultures artistiques très variées, allant de l'art lyrique, à la danse soufi ou au slam.
Les points de vue y sont également diversifiés : musicologie, biophysique, enseignement du chant, symbolique de la voix et des sons, etc.
L'ambiance, très conviviale, est celle de l'Abbaye où les participants peuvent être logés.
  • Centre de recherche, de formation, de production et d'enregistrement au service de la liturgie et de la musique sacrée.
  • Dispositifs d'éducation artistique et programmation de spectacles jeune publics et familiaux repartis sur le temps de l'école et des loisirs.
  • Organisation de circuits découvertes du patrimoine en région, ainsi que des voyages culturels en France et à l'étranger.

110804-jp-1101

Le Festival international de musiques sacrées, « Musiques du monde », a été crée en 1978. Michel Wolkowitsky, directeur artistique et fondateur du festival, conçoit celui-ci comme une invitation au voyage, au partage et à la découverte. Au départ, il s'agissait d'une simple animation qui avait pour but d'attirer l'attention sur ce haut lieu de patrimoine. Puis, d'année en année, la programmation s'est enrichie : à la musique sacrée, de tradition catholique et romaine, se sont ajoutés les musiques traditionnelles, la musique de chambre, l'opéra et la danse. Le Festival ne cesse de s'ouvrir aux diverses traditions musicales du monde, sacrées autant que populaires, recherchant toujours la nouveauté et la diversité. Le festival ayant lieu traditionnellement aux mois de juillet et août reçoit d'année en année des artistes prestigieux venant du monde entier.

Cette volonté constante d'offrir un évènement culturel à l'horizon musical très large a permis au Festival de devenir un rendez-vous incontournable du Sud-Aveyron. C'est le plus important festival du Rouergue, et le cinquième plus important de la région Midi-Pyrénées. Il réunit chaque année plus de 15 000 festivaliers et comprend également une partie Festival off.

En 2011, la 34e édition du festival s'est déroulé du 10 juillet au 28 août et a présenté une trentaine de concerts.

 

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abbaye de Sylvanès de Wikipédia en français (auteurs)


 

C'est à quelques kilomètres de Sylvanès, dans la forêt des granges de Pessalles, que cette église en bois de style russe a été élevée en octobre 1994. Erigé à la demande du Père André Gouze, l'édifice a été construit dans la forêt de Khirov, à 700 km à l'est de Moscou durant l'hiver 93-94. Démontée pièce par pièce, l'église a été acheminée par train, camions et tracteurs jusqu'à son lieu définitif. Elle est assemblée selon une technique russe très ancienne, sans clou ni cheville. La SNCF a pris en charge la moitié du coût du transport entre la Russie et la gare de Millau.

110804-jp-1132

110804-jp-1139

110804-jp-1124

110804-jp-1127

110804-jp-1113

110804-jp-1115