montresor-jp06-32

logo_Pbvf

Ce village est sans conteste mon préféré, il s'en dégage une douceur et une sérénité qui donnent envie de s'y installer pour couler des jours paisibles. Pour ceux qui iraient là bas, n'oubliez pas de faire un tour à la petite supérette, le patron y fait des rillettes maison à tomber par terre.


La forteresse médiévale

Un éperon rocheux dominant la vallée de l’Indrois est le lieu choisi par Foulques Nerra, Comte d’Anjou, pour faire édifier par son capitaine Roger le Petit Diable vers 1005 une puissante forteresse. Montrésor possédait l’un des tout premiers donjons de pierre, semblable à celui de Loches, dont il ne subsiste malheureusement que le mur ouest remanié. Au XIIe siècle siècle, Montrésor tombe aux mains d’Henri Plantagenêt ; les imposantes tours de l’entrée sont édifiées ainsi qu’une partie de la courtine nord. En 1188, Philippe Auguste reprend Montrésor aux Anglais. André de Chauvigny, grand chevalier à son retour de la troisième croisade avec Richard Cœur de Lion, devient le nouveau seigneur de Montrésor avant de devoir céder le château pour presque deux siècles aux Palluau.

montresor-jp06-06

Le Logis Renaissance

À partir du XVe siècle, avec la présence de plus en plus fréquente de la Cour en Touraine, Montrésor devient le lieu de vie des courtisans et des serviteurs du royaume. C’est le cas de l’épouse d’André de Villequier, Antoinette de Maignelais, cousine d'Agnès Sorel, qui deviendra elle aussi à la mort de sa cousine la maîtresse du roi Charles VII de France. En 1493, Imbert de Batarnay achète Montrésor fait construire une élégante résidence dominant l’Indrois. Imbert de Batarnay est un personnage influent, conseiller et chambellan de quatre rois de France : Louis XI, Charles VIII, Louis XII et François Ier. Ce serviteur du royaume a une longévité dans cette fonction peu fréquente pour l’époque, mais l’homme est habile et rusé ; il est présent dans toutes les négociations de son temps. On lui doit notamment le mariage d’Anne de Bretagne avec le roi, acte scellant le rattachement de la Bretagne au royaume de France. On lui confia les préparatifs des guerres d’Italie et l’éducation des enfants de Louis XII et François Ier.

montresor-jp06-07

Le château connut au XVIIe siècle et XVIIIe siècle d’autres prestigieuses familles comme les Bourdeille ou les Beauvilliers.

La Révolution devait marquer le début de son déclin. Vers 1845, le comte Jouffroy de Gonsan fit détruire l’aile ouest du logis Renaissance ainsi que la chapelle castrale.

C’est un riche comte polonais émigré qui devait faire renaître Montrésor. En 1849, Xavier Branicki, ami de Napoléon III, entreprend la restauration complète du château, le remeuble et le décore de tableaux de maîtres. Grand personnage du Second Empire, on lui doit entre autres la fondation du Crédit Foncier.

montresor-jp06-23

Il transformera ses propriétés en des exploitations agricoles modernes. Montrésor fut alors le cadre de somptueuses fêtes avec le prince Napoléon, cousin germain de l'Empereur.

La collégiale Saint-Jean-Baptiste

Classée monument historique depuis 1840, elle a été fondée par Imbert de Batarnay vers 1520. L'édifice n'est consacré qu'en 1532 et réellement terminé vers 1541. Cette collégiale est considérée comme l'un des chefs d'œuvre de l'architecture de la première Renaissance. Elle abrite le tombeau en albâtre de son fondateur, des tableaux du XVIe siècle, une Annonciation de Philippe de Champaigne et de belles stalles du XVIe siècle.

montresor-jp06-43

La halle des Cardeux

Construite en 1700, cette halle avec son toit à la Mansard rappelle par son nom le travail de la laine qui fit la fortune du village jusqu'à la Révolution. Longtemps lieu de marché et de commerce pour la région, son grenier abrite aujourd'hui un lieu d'exposition.

montresor-29

montresor-jp06-49

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Montrésor de Wikipédia en français (auteurs)


Les bords de l'Indrois incite à la promenade en journée, tandis qu'à la nuit tombée les lumières mettent en valeur les vielles pierres.

montresor-jp06-08

montresor-jp06-51

montresor-35

montresor-33

 

La Corroirie du Liget, fief féodal fortifié et dépendance de la chartreuse du Liget toute proche, est située au cœur de la forêt de Loches, non loin du château de Montrésor.

loches-jp06-24

Le Portail monumental de la Chartreuse du Liget

 

La Chartreuse du Liget est un monastère de l'ordre des Chartreux fondé en Touraine par Henri II Plantagenêt, comte d'Anjou et roi d'Angleterre, en 1178. Ce monastère est situé en Indre-et-Loire à 50 km au sud de Tours, au cœur de la forêt de Loches sur la commune de Chemillé-sur-Indrois. Le Liget fait partie des cinq fondations cartusiennes de l'arc Atlantique, antérieures au XVe siècle. Il ne reste presque rien du monastère médiéval, ruiné pendant la Guerre de Cent Ans et les Guerres de Religion. Reconstruit à la fin de l'Ancien Régime, il est en grande partie démoli à la Révolution. Sont conservés surtout les vestiges de la chapelle romane et l'entrée de la chartreuse datant du XVIIIe siècle, classés comme monuments historiques en 1972.

 

loches-057


Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Chartreuse du Liget de Wikipédia en français (auteurs)