cheverny-jp06-01

C'est l'un des plus célèbres châteaux de la Loire avec ceux de Blois et de Chambord, tout proches. Blois est une construction qui porte les strates de style s'étendant sur quatre siècles d'architecture, Cheverny est construit dans un style classique homogène, à l'aide d'un matériau, traitée en appareil de bossages plats, striés de refends horizontaux, la « pierre de Bourré », un tuffeau originaire de ce village du Loir-et-Cher, qui a la particularité de blanchir et durcir en vieillissant, ce qui explique la blancheur de sa façade sud. Celle-ci est ornée de bustes d'empereurs romains. Les toits des pavillons latéraux, sous forme de dômes carrés surmontés de campaniles ajourés, encadrent les hauts toits à la française du corps principal.

Le château est classé sur la liste des monuments historiques de 1840, et se fait déclasser le 9 juillet 18882. Quelques années plus tard, l'ensemble du château et de ses communs, à l'exception des parties classées, fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis le 13 février 1926.. Le parc, ainsi que l’ensemble des bâtiments s'y trouvant, fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis le 5 décembre 2008. Une partie du domaine fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 30 juin 20102. Cette dernière protection concerne la totalité du château, les façades et toitures de l'orangerie, ainsi que la perspective nord-sud du parc.

cheverny-jp06-47

cheverny-jp06-42

 

La salle est ornée de 34 panneaux de bois peints par Jean Mosnier illustrant l'histoire de Don Quichotte. Le mobilier se compose notamment d'un ensemble datant du XIXe siècle, en chêne massif, sculpté aux armes des Hurault de Cheverny, lesquelles se retrouvent sur les murs tendus de cuir de Cordoue.

cheverny-jp06-07

 

Un escalier de pierre de style classique s'élève sous une voûte en berceau, datant de Louis XIII, à montée droite (contrairement à ceux de Chambord ou de Blois qui sont à spirale), est orné de sculptures champêtres (guirlandes, fruits), mêlées de motifs guerriers et de symboles des arts, sculptés directement dans la pierre. Il conduit aux appartements. Sur le palier sont visibles une armure savoyarde de parade du XVIe siècle, et un bois préhistorique de plus de 6000 ans, trouvé dans les glaces de Sibérie il y a 200 ans, cadeau offert au collectionneur Paul, marquis de la Vibraye, au XIXe siècle.

cheverny-jp06-10

cheverny-jp06-11

La Chambre du Roi, pièce la plus richement décorée par huit tapisseries réalisées vers 1640 (six dans la chambre, deux sur le palier), d'après des cartons de Simon Vouet représentant les travaux d'Ulysse ; celles-ci proviennent de la manufacture de Paris qui est antérieure à celle des Gobelins. Le plafond à caisson à l'italienne est lambrissé avec des peintures à thème mythologique (histoire de Persée et Andromède, 30 scènes de histoire de Théagène et Chariclée sur les lambris) réalisées par Jean Mosnier.

 

La chambre est meublée d'un lit à baldaquins du XVe siècle de 2 mètres de long sur 1,60 mètre de large et recouvert de broderies persanes du XVIe siècle. Le roi Henri IV y aurait dormi. Le reste du mobilier se compose d'un prie-dieu datant de Henri III, de deux chaises d'époque Louis XIII, et d'un ensemble de fauteuils Louis XIV recouverts de tapisseries d'Aubusson.

La cheminée

cheverny-jp06-29

 

Le Grand Salon du rez-de-chaussée a été décoré sur les vœux de la Marquise de Montglas. Le plafond a été restauré au XIXe siècle. On peut admirer plusieurs portraits dont deux de part et d'autre de la glace: Jeanne d'Aragon, de l'atelier de Raphaël, et Cosme de Médicis, attribué au Titien. On y voit également le portrait de Philippe Hurault de Cheverny, et celui de son épouse Anne de Thou ainsi que celui de Marie-Johanne de La Carre Saumery, comtesse de Cheverny, par Pierre Mignard, au-dessus de la cheminée. Au-dessus des portes, les portraits de Louis XIII (à gauche) et de Anne Marie Louise d'Orléans dite La Grande Mademoiselle (à droite), et de l'autre côté à gauche Gaston d'Orléans et à droite Anne d'Autriche.

 

Le mobilier se compose entre autres d'une table de style Louis XVI réalisée par Stockel, et d'un ensemble de commodes, de fauteuils, et de canapés des XVIIe et XVIIIe siècles, recouverts de tapisseries d'Aubusson


cheverny-jp06-40

 

Le château de Cheverny a servi de modèle à Hergé, qui en a toutefois amputé les ailes latérales, pour créer Moulinsart, le château du Capitaine Haddock. Mais Hergé ne s'est pas seulement inspiré de l'architecture extérieure du château, il a également été influencé par le décor et le mobilier pour y retranscrire les pièces du château de Moulinsart.

 

cheverny-jp06-53

 

Le château de Moulinsart fait sa première apparition dans Le Secret de La Licorne et est racheté par le professeur Tournesol enrichi par la vente du brevet de son fameux sous-marin requin construit pour le capitaine Haddock et utilisé dans Le Trésor de Rackham le Rouge. Depuis, le château de Moulinsart est devenu le port d'attache de Tintin et de ses compagnons de route.

 

Un bâtiment, jouxtant le chenil, abrite une exposition permanente sur l'œuvre de Hergé en relation avec le château de Moulinsart. Il s'agit essentiellement de décors reconstitués de l'intérieur du monument avec des animations sonores et des maquettes.

cheverny-jp06-54

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Château de Cheverny de Wikipédia en français (auteurs)