Estaing peut être considéré comme un des points où les chemins venant du nord-est traversaient le Lot pour continuer sur Conques.
Parmi les pèlerins qui avaient voulu éviter les embûches et les rigueurs de l’Aubrac, certains arrivaient directement à Estaing venant de Saint-Flour par Laguiole, d'autres étaient passés par Sainte-Geneviève-sur-Argence et le plateau de la Viadène.

120621-626

120621-627

Estaing a conservé bien vivant le souvenir du passage des pèlerins de Compostelle qu'y ont laissé des traces. C'est d'abord la célèbre fête de saint Fleuret qui a lieu tous les ans depuis le XIXe siècle, le premier dimanche de juillet.
Fleuret que la tradition présente comme un évêque du diocèse d’Auvergne peut vraisemblablement être identifié avec saint Flour dont les reliques furent amenées à Estaing vers 1361-1368 par le cardinal Pierre d’Estaing. Il est devenu le patron de la ville et chaque année la fête est célébrée le premier dimanche de juillet depuis six siècles avec un faste particulier.
Plusieurs centaines de personnages costumés représentent les membres du clergé et de l'illustre famille d’Estaing - ils suivent en procession l'antique buste relique du saint et parmi eux trois ou quatre sous le nom de « les jacques la coquille », participants habillés en pèlerins de Saint-Jacques avec le grand chapeau, la pèlerine garnie de coquilles - ils sont munis de la gourde et du bourdon.

120621-630

120621-662

120621-677

L'église Saint-Fleuret

Classée à l’inventaire des monuments historiques en 1927, elle fut construite au XVe siècle sur l'emplacement d'un ancien prieuré Saint-Fleuret qui avait été donné l'abbaye de Montsalvy par Pons Étienne, évêque de Rodez (1076-1085). Elle abrite maintenant, indépendamment des reliques du patron de la ville, un très beau Christ du XVe siècle et une pietà du XVIIe siècle ainsi qu'une statue de saint Jacques dans un retable doré.
À l'extérieur, sur la terrasse, une croix en pierre sculptée du XVe siècle est particulièrement remarquable. Entre le motif principal et le fût, on discerne à gauche un petit pèlerin agenouillé qui semble implorer le Christ. Il a son chapeau à large bord rejeté en arrière et son costume rappelle une fois de plus le souvenir du pèlerin de Compostelle.

120621-633

120621-634

120621-636

120621-642

120621-643

120621-664

Le château d’Estaing

La ville est dominée par un imposant château qui rappelle la présence historique de la famille d’Estaing.
Le château d’Estaing domine le confluent du Lot et de la Coussanne. Datant du XVe siècle, il a été acheté en 2005 par Valéry Giscard d'Estaing, ancien président de la République et son frère Olivier Giscard d'Estaing, ancien député des Alpes-Maritimes, ancien maire d'Estaing.

120621-708

Le château d'Estaing est (avec l'église de Conques) un des monuments les plus connus et les plus rayonnants de l'Aveyron. Sous la première République, il fut vendu par lots après que le dernier membre de la famille d'Estaing eut été guillotiné. En 1836, les religieuses de Saint-Joseph achetèrent le château pour en faire un couvent, une école et une maison de retraite.

120621-655

120621-656

120621-710

Un séchoir à châtaigne

120621-713

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Estaing (Aveyron) de Wikipédia en français (auteurs