Villefranche est fondée par une charte octroyée par le comte de Cerdagne Guillem Ramon le 9 avril 1091. Le comte avait alors sa résidence à Corneilla-de-Conflent et voulait faire de Villefranche sa nouvelle capitale. Le site est d'ailleurs particulièrement bien choisi : au fond du défilé de la Têt, à la confluence de celle-ci avec le Cady, la ville contrôle alors l'accès aux terres principales du Conflent.

20120405083621959210

 

130622-1034-vacpo

 

La ville devient effectivement la capitale du Conflent (et siège d'une viguerie) au plus tard en 1126. Elle le reste jusqu'au XVIIIe siècle.

130622-0991-vacpo

En septembre 1263, le roi d'Aragon Jacques Ier ordonne la construction de trois ponts sur la Têt. Ces trois constructions furent sévèrement endommagées, voire détruites, par la terrible inondation de 1421, et seul le pont Saint-Pierre fut rétabli.

Au cours des XIIIe siècle, XIVe siècle et XVe siècles les fortifications de la ville sont sans cesse remaniées et complétées. L'ensemble est reconstruit au XIVe siècle d'après de nouveaux plans, comme l'atteste un texte de 1411 rapportant cette reconstruction.

130622-0969-vacpo  130622-0980-vacpo

La ville est entourée d'une enceinte de forme rectangulaire allongée, intégralement conservée.

[Group 3]-130622-0983-vacpo_130622-0985-vacpo-3 images

Elle présente des éléments médiévaux mêlés aux reconstructions et adjonctions des XVIIe siècle et XVIIIe siècles.
De l'époque médiévale subsiste notamment la tour du Diable, attenante à l'église (angle sud-est).

130622-0976-vacpo

De plus il reste la majeure partie de la courtine sud, flanquée de deux tours semi-circulaires (du XIVe siècle, antérieures à la tour du Diable). Cette courtine et ces tours furent renforcées au XVIIe siècle par l'installation de trois bastions et d'un nouveau chemin de ronde. La première de ces tours est englobée dans le bastion de Corneilla (angle sud-est), la deuxième est quant à elle entre la tour du Diable et le bastion de la Reine (angle sud-ouest). Une troisième tour de même plan s'élève à l'angle nord-ouest, englobée dans le Bastion du Roi.

130622-1052-vacpo  130622-1043-vacpo

 

130622-1048-vacpo

À la fin du XVIIIe siècle on reconstruit la Porte de France (en 1783, sur le front est) et la Porte d'Espagne (en 1791), située à l'ouest de la ville, à l'emplacement de l'ancienne tour-porte.

130622-1059-vacpo  130622-1058-vacpo
De cette période subsistent également la porte du Roussillon et la porte de France (la nouvelle porte du XVIIIe siècle a été construite à sa gauche, respectant ainsi l'édifice médiéval), de même qu'une partie de la porte ouvrant sur le Pont Saint Pierre.
Au XVIIe siècle, Vauban fait donc reconstruire et renforcer les fortifications médiévales, il fait notamment édifier un fort détaché communiquant par un souterrain. De nouveaux bastions sont édifiés (notamment ceux cités ci-dessus) : le bastion du Roi (angle nord-ouest), le bastion de la Reine (angle sud-ouest), le bastion du Dauphin (angle nord-est), le Bastion de Comellà (angle sud-est) et le bastion de la Boucherie (courtine nord, sur le pont Saint-Pierre).

130622-0966-vacpo  130622-0967-vacpo

Dès la fondation de la ville, ou dans les années qui ont suivi, l'autorisation est donnée par l'évêque d'Elne aux habitants de procéder à la construction d'une église.
La partie la plus ancienne de l'édifice remonte au début XIIe siècle. L'ensemble est remanié au XIIIe siècle.

130622-0972-vacpo 130622-1062-vacpo 130622-1063-vacpo

Le fort Libéria a été construit par Vauban après la division de la Catalogne entre la France et l'Espagne par le traité des Pyrénées, à compter de 1681, en même temps que la citadelle de Mont-Louis qui est plus en amont dans la vallée de la Têt.

130622-0958-vacpo

130622-1006-vacpo  130622-1008-vacpo

  130622-1015-vacpo  130622-1021-vacpo

 

Le fort est relié à la cité de Villefranche par un escalier souterrain de 734 marches. Il domine ainsi le village d'une hauteur de 150 mètres environ.

130622-1033-vacpo

Ce fort a un temps servi de prison pour les empoisonneuses de Louis XIV.

130622-1016-vacpo

Un spectacle comique dans la cours d'honneur

130622-1027-vacpo

 

La ligne de Villefranche - Vernet-les-Bains à Latour-de-Carol (nom officiel), parfois surnommée ligne de Cerdagne, est une ligne de chemin de fer à voie métrique longue de 62,5 km qui, dans le département des Pyrénées-Orientales, relie la gare de Villefranche - Vernet-les-Bains à celle de Latour-de-Carol - Enveigt via Font-Romeu en suivant la vallée de la Têt puis en parcourant le plateau de Cerdagne.

130622-1001-vacpo  130622-0964-vacpo

Ce chemin de fer est familièrement appelé le Train Jaune ou le Canari, car les véhicules arborent les couleurs catalanes, le jaune et le rouge.

Les Z 100 furent construites par les ataliers SACM Belfort et par les ateliers carde de Bordeaux.

L'électrification par est effectuée par un troisième rail latéral et en courant continu 850 V

130622-0997-vacpo

 

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Villefranche-de-Conflent de Wikipédia en français (auteurs)