Il fait allure de gardien de la vallée de la Têt au cœur du Ribéral, qu'il surplombe. Il est très reconnaissable grâce à son relatif isolement et son antenne de télécommunications. Il est visible depuis la plaine du Roussillon, et offre une vue jusqu'à la Côte Vermeille, les Aspres, le Conflent, les Corbières, l'étang de Salses. Il peut être considéré comme le point d'entrée dans les Fenouillèdes.

130628-1494-vacpo  130628-1496-vacpo

Au traité de Corbeil en 1258, les nouveaux maîtres du comté de Roussillon, les rois d'Aragon, puis de Majorque, construisirent un château qui entrait dans le dispositif de défense de la frontière Nord du royaume sur cet emplacement militaire idéal. On bâtit sur un des mamelons une tour à signaux et sur l'autre un petit fort. Il complétait la ligne composée du château de Salses et d'Opoul entre autres. Ce château fut surnommé « le château royal », ce qui a donné en catalan de l'époque Força Real.

130628-1489-vacpo  130628-1498-vacpo

En 1693, le château et la tour furent définitivement détruits, et le site fut transformé sur instruction de Jeanne Ros, veuve du baron de Montclar en ermitage. Les éléments militaires furent démantelés partiellement pour réutiliser les pierres de construction.

130628-1499-vacpo

L'histoire de l'ermitage de Força réal commence le 19 avril 1693. Par acte de concession la noble dona Joana de Ros, baronne de Montclar, dame de Millau, usant de son droit de propriété, concède au révérend François Bobo, prêtre de la paroisse de Pézilla-la-Rivière, le privilège de construire sur le territoire de Força Réal une chapelle dédiée à la Bienheureuse Vierge Marie. L'édification de la chapelle dura probablement quelques années. La première cloche fut bénite le 23 juin 1708 par le révérend père Gabriel Bruguera, curé de Millas. Les restes de la tour à signaux servirent de base à la construction de l'absidiole. La chapelle était entourée de plantation qui permettaient à l'ermite de vivre en autonomie (vignes, vergers, potagers)

130628-1495-vacpo

En 1714 commence la procession annuelle de la paroisse de Millas, afin de conjurer les orages accompagnés de grêle qui, par vent de nord, s'abattaient sur la plaine.

Après la révolution en 1791 l'exercice du culte y fut suspendu ainsi que les processions annuelles. Le site, occupé par les soldats républicains, fut pillé, dévasté et laissé en partie ruiné en 1817. Le grand intérêt porté par les habitants de Millas à ce sanctuaire suscita sa restauration en 1819. La réouverture et la bénédiction de la chapelle eurent lieu le 23 octobre 1822. C'est à cette date que les processions reprirent.

130628-1486-vacpo

L'exposition de cet édifice aux intempéries explique ses fréquentes restaurations, toujours faites par les habitants de Millas, Corneilla-la-Rivière et Montner. La dernière date de 1987-1988 sur l'initiative de l'association Notre Dame de Força Réal.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Força Réal de Wikipédia en français (auteurs)