En catalan, le nom de la commune est Cotlliure, il apparaît dès le VIIe siècle sous la forme Caucholiberi et, dans un manuscrit de Julien II de Tolède, Castrum Caucoliberi. La forme évolue ensuite, le village étant nommé surtout Cochliure ou Cocliure (XIIIe siècle et XIIVe siècle), peu à peu supplantées par Copliure ou Cobliure et, au XIXe siècle, Cotlliure. En français, il est nommé Coulieure en 1481. Le nom Saint-Michel a également été proposé en 1475, à l'époque où le Roussillon faisait partie du royaume de France.

L'origine du nom de la commune provient de deux mots : Kauk et Illiberre. Kauk est une racine pré-latine, peut-être ibéro-ligure, qui porte l'idée de forme arrondie, parfois utilisé pour désigner des baies ou anses de bord de mer. Illiberre ou Illiberis est l'ancien nom de l'actuelle Elne, une commune située une douzaine de kilomètres au nord-ouest de Collioure, qui était déjà une cité réputée au VIe siècle av. J.-C.. Le nom de Collioure signifie donc « le port d'Illiberis », avec l'idée d'une baie, ce qui correspond à l'actuelle configuration des lieux, le vieux port se trouvant au fond d'une anse arrondie.

[Group 3]-130611-0193-vacpo_130611-0196-vacpo-4 images

[Group 2]-130614-0446-vacpo_130614-0449-vacpo-4 images

Collioure vu du moulin

130614-0435-vacpo

Une cité très colorée

130614-0380-vacpo

130614-0432-vacpo

130614-0394-vacpo

L'ancien couvent des dominicains qui depuis 1926 sert de cellier aux vignerons de Collioure.

130611-0232-vacpo

130611-0233-vacpo

130611-0230-vacpo

Le 11 février 1337, le Chevalier Raymond de Toulouse, procureur du Roi de Majorque, cède à Jacques Ermengald de Collioure la directe d'une pièce de terre sise à Collioure, au lieu-dit "Cortines" et lui cède à cens le droit d'exploiter le moulin à vent qui y sera construit pour y moudre les grains ou récoltes de toute sorte de sa propre autorité.

Le moulin cessera son activité au XIXe siècle pour se trouver progressivement en état de ruine. Devenu propriété de la ville, la commune a entrepris sa restauration qui s'est achevée en juin 2001, avec la machinerie en bois réalisée de manière traditionnelle par les compagnons menuisiers de Bernard Gariblad. Il est aujourd'hui en état de fonctionnement pour la trituration des olives et l'élaboration de l'huile de Collioure.

130614-0437-vacpo

L'église Notre-Dame-des-Anges fut construite entre 1684 et 1691 dans un style gothique méridional, et est avec son célèbre clocher pratiquement entourée par la mer sur ses trois côtés. Au départ, le clocher est un ancien phare médiéval, annonçant la position du port de Collioure par des fumées le jour et par des feux la nuit. À la fin du XVIIe siècle, l'église médiévale sur les hauteurs de Collioure fut rasée sur l'ordre de Vauban. Les consuls de Collioure obtinrent tout de même de Vauban l'autorisation de construire une nouvelle église sur les récifs qui ferment la passe. Cette église s’appuie alors contre le phare. Entre-temps, Vauban ne veut plus de port à Collioure, il préfère la baie en eau profonde de Port-Vendres. Du fait, Collioure n'a plus besoin d'un phare. Il devient dès lors le clocher de l'église. Mais, ce n'est que 100 ans plus tard, vers 1809, qu'une décision municipale est prise pour le couvrir d'une coupole en s'inspirant d'un modèle originaire de Toscane.

Faisant l'objet de plusieurs restaurations extérieures et intérieures, l'église a vu son ancienne sacristie réhabilitée, pour accueillir le trésor. Ainsi sont visibles un meuble-vestiaire d'époque Louis XIII, des peintures du XVe siècle, un reliquaire du XVIe siècle, une Vierge du XVIIe siècle.

130614-0430-vacpo

130611-0218-vacpo

130611-0216-vacpo

Chapelle Saint-Vincent : Construite en 1701 à l’arrivée des nouvelles reliques de saint Vincent, la chapelle était située à l’origine sur un îlot rocheux, avant que celui-ci ne soit relié à la terre ferme par une digue en 1876.

130611-0203-vacpo

Le château royal est construit entre 1242 et 1280. L'ensemble des campagnes d'aménagement témoigne du changement de fonction, de la résidence princière à la forteresse. Collioure est la tête du port maritime entre les comtés catalans septentrionaux du Roussillon et de Cerdagne avec Barcelone. C'est une demeure princière où vivent le roi Pierre II et sa femme Marie de Montpellier. Ensuite le roi Jaume Ier le conquérant y réside et le transmet à son fils cadet Jaume II. il crée le Royaume de Majorque sur le principe de l'apanage, et le château et sa ville sont donnés en douaire aux diverses reines. Suivant le modèle italien de la Renaissance, il s'établit une hiérarchie entre la demeure princière et la forteresse.

130614-0383-vacpo

La campagne de travaux dirigée à la fin du XVIIe siècle par Vauban consiste en une surélévation systématique des remparts, en la construction de l'entrée actuelle et de ses fortifications., dans les réaménagements des trois bastions et surtout dans la création de la demi-lune qui est une forteresse à elle seule, quasiment aussi importante que la citadelle.

130614-0404-vacpo

130614-0416-vacpo

130614-0421-vacpo

Le vieux port, lieu de rencontre en tous genres

130611-0187-vacpo

130611-0219-vacpo

130611-0225-vacpo

130614-0392-vacpo

Le fort Saint-Elme fut construit selon les directives de Charles Quint puis de Philippe II autour d'une tour de signal préexistante et située sur une colline en aplomb de Collioure et Port-Vendres.

Cette architecture est révolutionnaire pour l'époque car elle combine d'une part l'efficacité contre l'artillerie par des murs de plus de neuf mètres d'épaisseur, et de l'autre une absence d'angle mort, ce qui rend difficile l'assaut. C'est une citadelle de guerre commandée pour la défense de la frontière espagnole pendant la guerre de Trente Ans.

130614-0455-vacpo

130614-0464-vacpo

Le vignoble

130614-0491-vacpo

 

 Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Collioure de Wikipédia en français (auteurs)